Dernière étape pour la loi de transition énergétique

Publié le 31 mars 2016, le décret d’application relatif à l’interdiction des sacs plastiques imposés par la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte vient d’être complété par une seconde étape le 1er janvier 2017. Depuis le 1er juillet 2016 seuls les sacs plastiques réutilisables, d’une épaisseur de plus de 50 microns était autorisée à la diffusion. Il restait néanmoins encore quelque mois pour les commerçants afin de s’adapter à la deuxième mouture de la loi qui prévoyait l’interdiction complète des sacs plastiques à partir du 1er janvier 2017.

Seuls les sacs fabriqués à partir de matières végétales et compostables sont maintenant autorisés pour l’emballage des fruits et légumes dans nos supermarchés ou chez nos commerçants de quartier.

Pourquoi cette interdiction ?

Cette règle peut limiter la quantité de déchets en plastiques résistants répandus un peu partout. Mais aussi, l’utilisation des sacs biodégradables donne un coup de pouce à l’instauration d’une bonne habitude en facilitant le tri des déchets. Ces contenants qui peuvent être placés dans les poubelles de biodéchets facilitent le quotidien des ménages. De plus, il y aura moins d’odeur nauséabonde provenant des ordures, et c’est plus propre. Ces sacs biodégradables contribuent favorablement au compostage dont le produit obtenu peut être utilisé en agriculture comme étant un excellent produit d’amendement pour la terre. Lors du processus de compostage, le sac va être digéré par les bactéries et sera transformé en eau et en gaz carbonique. Cependant, il est bon de noter que pour que ce processus se déroule sans failles, les critères adéquats comme la température doivent être respectés.

Pour en savoir plus sur l’impact de l’interdiction des sacs plastiques.

Laisser un commentaire